Après réflexion et un essai rapidement abandonné, je me suis rendu compte qu'il n'était pas nécessaire de fixer la dentelle du bas de la robe sur les deux lisières, dans le haut cela suffisait amplement. Le travail a donc été divisé par deux et, par conséquent, a duré moins longtemps.

Le dos est fermé par des agrafes, cinq au total. C'est bien suffisant car il ne bâille pas. Tout va donc bien. Une petite rose en ruban, non faite maison et entourée de pétales en papier simulant assez bien des fleurs d'oranger en bouton, orne le bas du décolleté.

La demoiselle a revêtu sa robe, et s'est longuement contemplée dans le miroir. Elle a eu droit à un véritable mitraillage photographique, de face, de dos, de profil et même de trois-quarts.

IMG_3804_redimensionner

IMG_3805_redimensionner

IMG_3809_redimensionner

IMG_3810_redimensionner

IMG_3811_redimensionner

IMG_3817_redimensionner

IMG_3818_redimensionner

IMG_3825_redimensionner

IMG_3828_redimensionner

 

Quelques détails en gros plan pour terminer la parade.

IMG_3806_redimensionner

IMG_3812_redimensionner

IMG_3813_redimensionner

IMG_3814_redimensionner

IMG_3822_redimensionner

IMG_3823_redimensionner

IMG_3824_redimensionner

IMG_3829_redimensionner

Je vais, maintenant, devoir la déshabiller pour me lancer dans la coiffure. Je crois que, une fois encore, c'est ce que je crains le plus. J'ai beaucoup de difficultés avec les coiffures de ces demoiselles. Celle-ci ne fera pas exception à la règle.