Il ne faudrait surtout pas croire que je reste tranquillement les bras croisés en espérant que la robe va se réaliser toute seule. Ce serait trop beau !! Et, qui plus est, ce ne serait, finalement, guère amusant. Et encore moins intéressant. Car, et je dois bien l'avouer, ce qui me plaît le plus, dans ces reproductions, c'est d'être confrontée à des difficultés auxquelles je n'avais pas pensé et pour lesquelles je dois trouver des solutions. Et cela se produit à chaque étape du travail, bien sûr.

Comme prévu, le haut de la robe a demandé trois toiles avant que le résultat ne se révèle assez satisfaisant pour considérer que le patron était quasiment bon.

IMG_3737 3e toile_redimensionner

 

Par mesure de précaution, et comme je tiens essentiellement à réaliser cette robe dans le beau satin de soie acheté au dernier Marché des Soies, fin Novembre 2016, j'ai utilisé la popeline de coton, dont je me sers pour faire les toiles et qui est donc assez épaisse, pour faire une demi-jupe, histoire de voir quelle épaisseur aurait, une fois plissée et froncée, le haut de cette jupe. J'ai donc coupé une bande 70 cm dans cette popeline.

IMG_3739_redimensionner

 

Bien m'en a pris ! Si le devant ne pose pas de problème de largeur, je me suis vite rendu compte que le dos était trop étroit. Par conséquent, il fallait élargir les deux parties du dos.

Le non-tissé Burda que j'emploie pour réaliser les patrons est bien pratique ; j'ai pu élargir la partie dos simplement en rajoutant une bande de ce non-tissé que j'ai fait tenir avec du papier collant. Je n'ai plus eu, ensuite, qu'à dessiner ce qu'il manquait en largeur. Nul besoin de redessiner entièrement le patron de la partie dos !

Avant de m'occuper du corsage, j'ai commencé par préparer la jupe. Une bande de 1m40 de large que j'ai fermée en laissant, d'un côté, une ouverture d'environ 8 cm. Un bon coup de repassage avec le fer à vapeur sur cette couture (très très important de repasser chaque couture avant d'aller plus loin dans un ouvrage) et je me suis lancée dans l'ourlet. Cela n'a l'air de rien, mais réaliser une ourlet de 1m40 à très petits points m'a pris du temps. Où ont mes yeux de vingt ans !!!!!!!!!!!!!!

Puis est venu le moment de faire les plis et de passer, par dessus, les fils de fronces. Ces fils de fronces ne seront resserrés que lorsque le corsage sera terminé (ou presque) car ils devront servir à mettre le haut de la jupe à la dimension du bas de ce corsage.

IMG_3740_redimensionner

 

Ces opérations terminées, j'ai dessiné sur l'envers du satin, les différentes pièces du corsage : les deux devant, les deux dos et les deux manches. Voici à quoi ressemble un demi devant.

IMG_3746_redimensionner

 

Et un demi devant une fois les pinces cousues et repassées.

IMG_3747_redimensionner

 

Maintenant que la jupe est prête à être froncée, je suis en train de monter le corsage. Mais je vais, également, devoir préparer la doublure du corsage, avec le même patron évidemment, et dans la même percale de coton que la culotte et le jupon.

Donc encore beaucoup de travail en perspective avant de pouvoir tout assembler.